25 C
Canada
Wednesday, August 5, 2020
Accueil ACTUALITES Togo - Le FMI va décaisser 131,3 millions de dollars au Togo...

Togo – Le FMI va décaisser 131,3 millions de dollars au Togo pour faire face à l’impact du COVID-19

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé le sixième et dernier examen des performances économiques du Togo dans le cadre d’un programme soutenu par un accord de facilité élargie de crédit (FEC). [1] L’achèvement de l’examen permet le décaissement de 96,63 millions de DTS (environ 131,3 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements au titre de l’accord à 247,65 millions de DTS (environ 336,4 millions de dollars).

Un accord triennal de 176,16 millions de DTS au Togo (environ 239,3 millions de dollars, soit 120% du quota du Togo) a été approuvé le 5 mai 2017 (voir le communiqué de presse n ° 17/151). Lors de l’achèvement du sixième examen, le Conseil d’administration a également approuvé la demande des autorités visant à augmenter l’accès au titre de la FEC de 48,7% du quota du Togo (71,49 millions de DTS ou environ 97,1 millions de dollars) pour répondre au besoin de financement urgent émanant des autorités. ‘efforts et plans pour contrôler la propagation du COVID-19 et atténuer ses impacts économiques.

Le Togo a réalisé des progrès significatifs en 2017-2019 dans le cadre du programme soutenu par le Fonds dans plusieurs domaines, tandis que les réformes restent incomplètes dans un secteur clé. La reprise économique s’est raffermie mais a récemment été entravée par la pandémie de COVID-19. Les projections de croissance pour 2020 ont été sensiblement revues à la baisse. Le déficit budgétaire et l’écart de financement de la balance des paiements devraient se creuser considérablement en raison de la perte de recettes, de l’augmentation des dépenses de santé et de la baisse des exportations.

À l’issue de la discussion du Conseil d’administration, M. Mitsuhiro Furusawa, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante:

«La performance du Togo dans le cadre du programme soutenu par la FEC a été globalement satisfaisante. Alors que la reprise économique se raffermissait, elle a récemment été entravée par la pandémie de COVID-19. Les perspectives macroéconomiques sont soumises à un degré élevé d’incertitude.

«Les autorités prennent des mesures immédiates pour faire face aux implications humaines et économiques de la pandémie de COVID-19 tout en préservant les réalisations fiscales durement gagnées. Au cours de la période 2017-2019, le Togo a respecté le critère de convergence de l’UEMOA d’un déficit budgétaire ne dépassant pas 3% du PIB. Pour 2020, le déficit budgétaire et le déficit de financement de la balance des paiements devraient se creuser en raison des dépenses de santé supplémentaires et d’autres impacts du COVID-19 sur l’économie. Néanmoins, la dette publique devrait continuer de baisser.

«Les réformes structurelles progressent sur l’administration des recettes et la gestion des finances publiques. Des progrès ont été accomplis dans la collecte des arriérés d’impôts, la soumission en ligne des déclarations en douane et les étapes vers la budgétisation par programme. Il sera important de mettre en œuvre les recommandations d’un récent outil d’évaluation diagnostique de l’administration fiscale, de combler les lacunes restantes dans les fonctions douanières essentielles et de renforcer la conformité volontaire pour garantir des revenus permanents solides. Le suivi des recommandations clés des évaluations de la gestion des investissements publics de 2016 et 2019 est également essentiel. En outre, la poursuite d’une politique d’emprunt prudente et le renforcement de la capacité de gestion de la dette sont nécessaires pour préserver la viabilité de la dette.

«Le Togo est l’un des pays les plus performants dans l’amélioration de l’environnement des affaires ces dernières années. Il sera important de poursuivre ces réformes, y compris le renforcement de la gouvernance, et de mettre en œuvre les mesures décrites dans le plan national de développement pour soutenir une croissance forte et inclusive. L’achèvement des réformes différées des deux banques d’État est primordial pour préserver la stabilité financière et prévenir les risques pour le budget de l’État. »

imf.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Popular News

l’Ordre national du Bénin accueille quinze agents de l’Etat

Au total, quinze agents de l’Etat ont été admis dans l’Ordre national du Bénin, ce jeudi 19 décembre, en présence des parents,...

Privatisation sauvage des sociétés d’Etat au Togo : Les raisons cachées de l’acharnement de Faure

Une partie des 38 ans du règne de Gnassingbé Eyadèma a été consacrée à la nationalisation de certaines sociétés d'Etat dont la...

Trafic de stupéfiants : Plus de 200 Kg de chanvres indiens saisis dans le Borgou-Alibori

Un communiqué de la Direction générale de la douane béninoise informe ce vendredi que les disciples de Saint Mathieu opérant dans les...

Foncier : La Cour suprême épingle des magistrats

La Cour Suprême du Togo a effectué jeudi sa rentrée judiciaire 2019-2020. Et le thème retenu est : « La gestion des...

Togo – Voici ce qu’a décidé le gouvernement au Conseil des ministres de ce jeudi 5 mars 2020

Le gouvernement s'est réuni en Conseil des ministres ce jeudi 5 mars 2020. Voici les décisions prises COMMUNIQUE SANCTIONNANT...
00:02:34

Togo – Agbéyomé Kodjo : « Ils n’ont qu’à amener les fusils me tuer »

Le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), Agbéyomé Kodjo, durcit le ton contre les agissements du régime...

Togo – COVID-19 : Un comité de coordination nationale de gestion de la riposte installé

Le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a récemment créé un comité de coordination nationale de gestion de la riposte contre la...