25 C
Canada
Saturday, September 26, 2020
Accueil ACTUALITES Couvre-feu et bavure policière : Une vieille dame battue à sang par...

Couvre-feu et bavure policière : Une vieille dame battue à sang par des hommes en uniforme

Les appels à la retenue et au professionnalisme lancés aux forces de défense et de sécurité qui font partie de la force anti-pandémie, mise en place pour la lutte contre le coronavirus, semblent tomber dans des oreilles de sourds. Les exactions sur les pauvres citoyens continuent. Le numéro vert 1014 créé pour signaler ces bavures a montré suffisamment ses limites. La semaine dernière, c’était sur une vieille dame de presque 70 ans que les hommes en uniforme ont jeté leur dévolu.

Lorsque notre Rédaction a appris l’information, elle ne s’est pas jetée sur l’occasion pour pondre un article. Elle a voulu attendre, s’informer davantage, mener les enquêtes auprès des proches et même chez la victime de la bavure. Ce qu’on a appris fait pitié et amène à s’interroger sur la considération que les forces de défense et de sécurité ont pour leurs frères, les civils. Le malheur de cette vieille dame, c’est qu’elle n’avait pas des toilettes dans la maison où elle vit avec ses enfants et petits-enfants. Même la nuit, elle devra sortir pour aller se soulager dehors.

<b>Voici les témoignages de la vieille dame</b>

« Quelque chose m’est arrivée la dernière fois. Je m’apprêtais à prendre ma douche lorsque j’ai senti le besoin d’aller me soulager. Et donc j’ai demandé à deux de mes enfants de m’accompagner, ils étaient restés devant le portail. Après m’être soulagée, mes enfants sont rentrés quand ils m’ont vu revenir vers la maison. Et puis j’ai entendu des voix qui interpellaient : « Qui sont là-bas ? ». En même temps, j’ai reçu une matraque dans le dos. Je me demandais ce qui se passait. Je suis tombé dans la maison et l’homme en uniforme a continué par me tabasser. Dans ma douleur, j’ai commencé par crier en appelant au secours. Les gens sont sortis croyant que ce sont des voleurs qui m’ont attaqué. Ils sont sortis avec des coupe-coupe et des bâtons. Mais comme ils ont remarqué que ce sont les forces de sécurité, ils ont déposé ces armes blanches. Ils demandaient aux soldats ce qui se passe et pourquoi ils me tabassent. Ils parlaient le français entre eux, mais comme je ne comprends pas, je ne savais ce dont ils discutaient exactement. Mais l’un des éléments disait que je mens et que c’est moi-même qui suis tombée, alors que c’était lorsqu’il me tabassait que je suis tombée. J’ai une entorse au bras, les coups reçus au niveau de la poitrine ont créé des lésions qui ont fait couler le sang (…). Lorsque nous sommes allés à leur poste le lendemain, leur supérieur a remis de l’argent à mon enfant pour payer mes médicaments. Mais j’ai dit à mon enfant de garder l’argent, qu’on ne va pas l’utiliser. Je rappelle que le matin, les deux éléments qui m’ont battu sont revenus pour me tendre un billet de 2 000 FCFA pour prendre de la bouillie. Je leur ai dit que je ne prends pas, et que l’affaire est dans les mains des autorités compétentes… ».

Voilà les mésaventures d’une vielle dame dont le seul péché est de n’avoir pas des toilettes chez elle à la maison. Pire, ce triste événement se passe dans une localité, Devikinmé (dans la préfecture des Lacs), qui n’est pas concernée par le couvre-feu. Puisqu’en dehors du Grand Lomé et des préfectures d’Agoè-nyivé et du Golfe, c’est la préfecture de Tchaoudjo qui est aussi touchée par le couvre-feu. Comment se fait-il que des hommes en uniforme puissent se permettre de telle bavure en toute impunité ?

A en croire les proches de la vieille dame, lorsque le 1014 a été contacté, on a reproché à la victime d’être sorti à une heure où le couvre-feu a commencé. Ce qui veut dire que quelque part, on a approuvé le travail de ces éléments qui, au lendemain de la forfaiture, avaient commencé par avoir du remord.

Mais au-delà de tout, la victime ne compte pas s’arrêter-là. Puisque selon ses déclarations, elle est une prêtresse. Et en tant que telle, son sang ne devrait pas toucher le sol, comme les hommes en uniforme l’ont fait. « Je veux rappeler une chose. Je suis une vodoussi (prêtresse). Mon sang est versé. Et donc, les vodou que j’adore vont demander des comptes à ceux qui ont été à l’origine de ça », a-t-elle averti. Il faut alors, selon elle, des cérémonies pour arrêter la furie des vodous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Popular News

l’Ordre national du Bénin accueille quinze agents de l’Etat

Au total, quinze agents de l’Etat ont été admis dans l’Ordre national du Bénin, ce jeudi 19 décembre, en présence des parents,...

Privatisation sauvage des sociétés d’Etat au Togo : Les raisons cachées de l’acharnement de Faure

Une partie des 38 ans du règne de Gnassingbé Eyadèma a été consacrée à la nationalisation de certaines sociétés d'Etat dont la...

Trafic de stupéfiants : Plus de 200 Kg de chanvres indiens saisis dans le Borgou-Alibori

Un communiqué de la Direction générale de la douane béninoise informe ce vendredi que les disciples de Saint Mathieu opérant dans les...

Togo – Voici ce qu’a décidé le gouvernement au Conseil des ministres de ce jeudi 5 mars 2020

Le gouvernement s'est réuni en Conseil des ministres ce jeudi 5 mars 2020. Voici les décisions prises COMMUNIQUE SANCTIONNANT...
00:02:34

Togo – Agbéyomé Kodjo : « Ils n’ont qu’à amener les fusils me tuer »

Le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), Agbéyomé Kodjo, durcit le ton contre les agissements du régime...

Foncier : La Cour suprême épingle des magistrats

La Cour Suprême du Togo a effectué jeudi sa rentrée judiciaire 2019-2020. Et le thème retenu est : « La gestion des...

Togo – COVID-19 : Un comité de coordination nationale de gestion de la riposte installé

Le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a récemment créé un comité de coordination nationale de gestion de la riposte contre la...